Tréguier

×

Message d'erreur

Warning : "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? dans include_once() (ligne 1387 dans /home/clients/www/petitescites/includes/bootstrap.inc).
Tréguier

La ville des arts et de la pensée

La Psalette, la Chantrerie, les hôtels particuliers, les maisons en pans de bois, la maison natale d’Ernest Renan, la maison Saint-Pierre, le couvent des Augustines… Toute l’histoire de Tréguier se décline à travers ses rues, ses ruelles, et ses jardins cachés, dévoilés par les portes cochères entrebâillées. Du port du Jaudy au bois du Poète, en passant par la cathédrale, un séduisant ensemble invite à s’attarder.

Le souvenir du passé imprègne les pierres qui content la vie séculaire de l’ancienne ville épiscopale. «Quand on la contemple du haut de sa place, on a le sentiment qu’elle a été secrétée, maison par maison, par la puissante nef de pierres qui la domine». Anatole Le Braz évoque ainsi le rôle premier de l’Eglise sur la cité : Tugdual, moine gallois, fonde au VIe siècle le monastère de Landreger. Aux abbés succèdent les abbés-évêques, puis les évêques, quand le Trégor devient, vers l’an mil, l’un des neufs évêchés de Bretagne. La cathédrale Saint-Tugdual (XIVe siècle), l'ancien évêché (XVe siècle) ou le palais épiscopal (XVIIe siècle), sont quelques-uns des joyaux du legs épiscopal.

Cité épiscopale, capitale historique du Trégor, Tréguier jouit d’une aura particulière. De cette empreinte singulière et éclairée, jaillissent des êtres d’exception comme saint Yves, "l’avocat des pauvres", et Ernest Renan, le célèbre philosophe. La ville inspire hommes de lettres, hommes de robe et hommes de Dieu. Au fil du temps, elle devient un foyer permanent des arts et de la pensée en Bretagne, que ce soit aux débuts de l’imprimerie vers 1500, avec l’édition du Catholicon (premier dictionnaire en breton, latin et français), ou en ce début de siècle, avec la présence de nombreux artistes et artisans d’art.

Dans les dernières années du XX° siècle, des chantiers d’envergure ont permis la construction d'une piscine, l’aménagement du théâtre de l'Arche dans la chapelle de l'ancien petit séminaire, et la construction d'un port de plaisance, d'une capacité d'accueil de 320 bateaux.