Auzon

Auzon, citée de caractère

Situé au cœur du massif central, à mi-distance entre Clermont-Ferrand et le Puy-en-Velay, le bourg d’Auzon (en cours d'homologation) se trouve à la jonction de deux ensembles géographiques complémentaires.

A l’ouest s’étale la Limagne favorable à la culture céréalière. A l’est, se dressent les pentes boisées du Livradois. Au cœur de cette zone de contact, le confluent de deux ruisseaux, l’Auzon au nord, le Gaudarel au sud, a dégagé l’échine rocheuse qui sert de socle au village.

L’histoire d’Auzon débute avec ses premiers seigneurs éponymes au XIe siècle. Véritable centre féodal, administratif et judiciaire, le bourg se développe attirant les grandes familles seigneuriales, les Montmorin, les Montravel, les Polignac… Le Roi accorde certains privilèges à la cité qui devient une des 13 Bonnes Villes d’Auvergne. Auzon attire les marchands, son rayonnement permet aux habitants d’obtenir une Charte de Franchise leur accordant le droit de se constituer en commune et d’élire 4 consuls.L’abbaye de La Chaise-Dieu veille au développement religieux de la cité. Le chapitre de chanoines constitué, œuvre à magnifier la Collégiale Saint-Laurent. A partir du XVIIe siècle, la population de la ville augmente de manière constante. Malgré des soubresauts dus à des épidémies, la commune atteint le point culminant de 1600 habitants en 1896. Cet essor est lié à la proximité du bassin minier et industriel. Le déclin s’amorce avec les pertes humaines de la première guerre mondiale, et la crise industrielle qui touche ce bassin.