Domfront

chateau-domfront©m.d.desgrippes

La cité des rois

Dressée sur son éperon rocheux, la cité de Domfront joue les vigies sur un horizon bocager.

Dès la pré histoire, la région connaît un peuplement clairsemé. A l’époque celte, c’est une zone frontalière, bientôt traversée par une voie gallo-romaine.  Au VIème siècle, le moine Saint Font évangélise la région et lui laisse son nom. La cité de DOMFRONT sera fondée par les seigneurs de BELLEME qui y bâtissent un château vers l’an 1010 , autour duquel s’organise la ville. L’histoire de DOMFRONT est ensuite directement liée aux Ducs de Normandie, puis aux rois d’Angleterre et de France. Plus près de nous, DOMFRONT a été sous-préfecture jusqu’en 1926. Elle est restée chef-lieu de canton. La ville fût l’une des premières de France dont l’éclairage public était électrique. Elle était également animée par de grandes foires agricoles. Un marché comptait même près de 10 000 bêtes.

En juin 1944, plusieurs quartiers furent détruits par les bombardements américains. La Cité médiévale fut épargnée pendant ces heures tragiques. La ville est restée très commerçante.

Le bâti de la cité médiévale présente un ensemble assez homogène où dominent le grès local et le granit. Il subsiste des maisons à pans de bois et à liteaux de châtaigniers. Hôtels particuliers et commerces alternent le long des rues et des ruelles et autour de cours intérieures. La maçonnerie prend parfois ses assises directement sur les affleurements de roc. 11 tours des anciens remparts sont encore visibles, soit intégrées dans un bâti plus récent, soit séparément. La bordure sud des anciens remparts à fait place à des jardins en terrasses, que surplombent hôtels aristocratiques et vestiges des fortifications.

La mairie est installée dans un vaste édifice, autrement tenu par une communauté religieuse. L’Eglise Saint Julien, dont le clocher domine toute la cité (du haut duquel s’offre une vue remarquable), est due à GUILBERT, en 1926, selon une architecture révolutionnaire qui fait appel au béton sur un plan byzantin. Elle est classée depuis 1993.

Les éléments importants de la cité médiévale et de ses abords ont été protégés au titre des Monuments historiques : église Notre Dame sur l’eau, ruines du donjon, tours et remparts… L’ensemble du centre ancien est inscrit comme site pittoresque du département de l’Orne.